Quelle est la signification du mot "Ásatrú" ?

Ásatrú veut dire en gros "croyance en les dieux", en vieux norrois, la langue des anciens scandinaves dans laquelle beaucoup de nos textes fondateurs sont écrits. Ásatrú est le nom utilisé par les Nordiques pour appeler leur religion.

Quels sont les débuts de l'Ásatrú ?

L'Ásatrú existe depuis des milliers d'années. Ses origines sont perdues en pleine préhistoire, mais il est plus vieux que le christianisme, l'islam, le bouddhisme ou la plupart des autres religions. Les élans spirituels qu'il exprime sont aussi anciens que les peuples européens eux-mêmes ; au moins quarante mille ans ; et peut-être encore plus.

Pourquoi aurions-nous besoin de l'Ásatrú ?

Les gens sont attirés par les religions bien connues, parce qu'ils ont des besoins spirituels véritables, qui doivent être satisfaits. Les gens cherchent une communauté et des réponses aux "grandes questions" : que signifie la vie, et comment devrions nous la vivre. Pour beaucoup, aujourd'hui, les soi-disant foi majeures n'ont pas de bonnes réponses. L'Ásatrú a des réponses, mais il n'a pas été une alternative pour la plupart des chercheurs qui ne le connaissaient même pas. Une fois qu'ils auront réalisé qu'il y a autre chose, une voie plus naturelle et honorable, ils ne seront plus satisfaits de grand chose, sauf de retourner à la croyance de leurs ancêtres :)

Pourquoi la religion des ancêtres est-elle la meilleure pour nous ?

Parce que nous ressemblons plus à nos ancêtres qu'à qui que ce soit d'autre. Nous avons hérité non seulement de leur apparence physique générale, mais aussi de leur traits mentaux, émotionnels et spirituels. Nous pensons et sentons plus comme ils le faisaient. Nos besoins de base ressemblent aux leurs. La religion qui exprime le mieux leur nature intérieure (l'Asatru) est plus adaptée, plutôt que les religions du Moyen-Orient qui sont nées parmi des gens qui sont par essence différents de nous. Le christianisme, l'islam et le judaisme sont des religions étrangères qui ne nous parlent pas en nos âmes.

Pourquoi l'Ásatrú s'est-il éteint ?

L'Ásatrú fut l'objet d'une campagne de répression pendant des centaines d'années. Des milliers et des milliers de personnes furent tuées, mutilées, exilées pendant cette période. Les gens communs, vos ancêtres, n'abandonnèrent pas leurs croyances chéries aussi facilement. Finalement, l'organisation monolithique de l'Eglise Romaine, soutenue par des menaces d'isolation économique et aidée par une campagne de propagande énergique, triomphèrent sur les tribus courageuses mais désunies. Ou presque ! Malgré cette persécution, des éléments de l'Ásatrú ont survécu jusqu'à aujourd'hui, souvent sous forme de folklore, prouvant que notre religion originelle attire fondamentalement nos êtres intérieurs. A présent, un millénaire après sa prétendue disparition, il continue à vivre et à grandir. En effet, aussi longtemps qu'il y aura des hommes et des femmes de descendance européenne, il ne peut pas vraiment mourir parce qu'il jaillit des âmes de notre peuple. L'Ásatrú n'est pas seulement ce en quoi nous croyons, il est ce que nous sommes.

L'acceptation du christianisme n'est-il pas une preuve de civilisation ? De la fin de la barbarie ?

Non ! Les atrocités commises par les chrétiens, les musulmans et les juifs à travers l'histoire ne sont guère un arrêt de la barbarie. Les soi-disant "barbares" qui suivirent l'Ásatrú (les Vikings, les différentes tribus allemandes, etc.) sont à l'origine des traditions les plus civiles: jugement par un jury, parlements, loi commune anglo-saxonne, le droit des femmes, par exemple. Le mot "loi" vient du langage nordique, et non de la langue des terres chrétiennes. Nous n'avions simplement pas besoin du christianisme pour être civilisés, ce qui est encore le cas aujourd'hui.

Les Vikings n'étaient-ils pas assoiffés de sang ?

Les historiens modernes sont d'accord pour dire que les Vikings n'étaient pas plus violents que les autres peuples de cette époque. Rappelez-vous que les descriptions des invasions Vikings furent toutes écrites par leurs ennemis, qui n'étaient ainsi pas très objectifs... Les cultures chrétiennes et musulmanes ont utilisé des moyens tout aussi sanglants que les Nordiques, si ce n'est plus. C'était une période très dure pour tout le monde.

L'Ásatrú n'est-il que pour les descendants des Scandinaves ?

Non. L'Ásatrú, également pratiqué par les peuples nordiques, avait tellement de choses en commun avec la religion des autres tribus allemandes, et avec leurs cousins les Celtes, qu'il peut n'avoir été qu'une version de la religion européenne générale. L'Ásatrú est pour tous les peuples européens, que leur héritage soit ou non scandinave.

Quelles sont les croyances de l'Ásatrú ?

Nous croyons en une énergie (ou essence) divine sous-jacente, omniprésente, qui est en général cachée à nos yeux, et qui se situe au-delà de notre compréhension immédiate. Nous pensons aussi que cette réalité spirituelle est interdépendante avec nous, que nous l'affectons autant qu'elle nous affecte. Nous croyons que cette divinité sous-jacente s'exprime sous la forme de dieux et de déesses. Des histoires sur ces déités sont comme une sorte de code, le "langage" mystérieux à travers laquelle la réalité divine nous parle. Nous croyons en des standards en matière de comportement qui sont compatibles avec ces vérités spirituelles et avec notre être profond.

En quoi l'Ásatrú diffère-t-il des autres religions ?

L'Asatru ne ressemble pas aux autres religions mieux connues de plusieurs façons. Comme par exemple :
- Nous sommes polythéistes. Nous croyons en un nombre de déités, incluant des Déesses aussi bien que des Dieux. Nous n'acceptons pas l'idée de "péché originel", la notion selon laquelle nous sommes intrinsèquement mauvais et ce dès la naissance, comme l'accepte le christianisme. Ainsi, nous n'avons pas besoin de "salut".
- Les religions du Moyen-Orient enseignent soit une haine des autres religions, soit le devoir de convertir les autres, souvent par la force. Ils ont souvent pratiqué ces croyances avec une cruauté sans nom.
- Nous ne prétendons pas être une religion universelle, ni une foi pour toute l'humanité. En fait, nous ne pensons pas qu'une telle chose est possible ou enviable. Les différentes branches de l'humanité ont des façons différentes de regarder le monde, dont chacune est valide pour eux. Il est juste bien qu'elles aient chacunes des religions différentes, comme c'est le cas.

Considérez-vous que les mythes nordiques soient vrais ?

Les mythes sont des histoires sur les Dieux et Déesses de l'Ásatrú. Ils sont une façon de déclarer des vérités religieuses. Nous pouvons dire qu'elles contiennent des vérités sur la nature de la divinité, notre propre nature, et la relation entre les deux. Nous ne prétendons pas que les mythes sont littéralement vrais, comme l'Histoire.

Et les dieux et les déesses, existent-ils ?

Oui, ils existent. Cependant, à l'instar de certains chrétiens qui ne pensent pas que leur Dieu est vraiment un homme à la barbe blanche assis sur un trône en or au paradis, nous ne pensons pas que Thor (par exemple) est une entité musclée portant un marteau. Il existe un vrai Thor, mais nous l'approchons mentalement avec cette image en tête.

Est-ce que les adeptes de l'Ásatrú prient leurs dieux et déesses ?

Oui, mais pas comme la plupart des gens l'entendent. Nous ne leur abandonnons jamais nos volontés, nous ne nous rabaissons pas devant eux, parce que nous nous voyons comme un de leurs semblables, et non comme étant inférieurs, soumis. Nous ne supplions pas. Nous communions avec eux, et nous les honorons en cherchant leur bénédiction à travers des rituels formels et des méditations informelles. Vivre une vie pleine et vertueuse est une forme de prière en elle-même. Notre religion affecte toutes les parties de nos vies, et non pas seulement ces morceaux que nous choisissons d'appeler "religieux".

Adorez-vous les pierres, les arbres, et les idoles ?

Non. Ces objets ne sont pas des Dieux, donc nous ne les adorons pas. Nous les utilisons quelquefois pour nous rappeler des Dieux et Déesses, et nous croyons qu'ils peuvent être "chargés" d'une certaine forme d'énergie divine, mais nous ne les confondrons jamais avec les Dieux eux-mêmes.

Quels sont les standards de comportement enseignés dans l'Ásatrú ?

Certaines des qualités que nous tenons en respect sont la force, le courage, la joie, l'honneur, la liberté, la loyauté aux parents, le réalisme, la vigueur, et la vénération de nos ancêtres. Exprimer ces choses dans nos vies est vertueux, et nous nous efforçons de le faire. Leurs opposés, la faiblesse, la lâcheté, l'adhérence à des dogmes plutôt qu'à des réalités du monde, etc. sont des vices, et doivent être évités. Un comportement acceptable en Ásatrú consiste à maximiser nos vertus et minimiser nos vices. Ce code de conduite reflète les idéaux les plus élevés et héroïques de notre peuple.

Les autres religions ne croient pas en tout ça ?

Non. Les gens peuvent vraiment croire que c'est le cas, mais l'analyse ne le démontre pas. Nous croyons en la liberté alors que les Ecritures affirment qu'ils sont les esclaves de Dieu. Ils acceptent l'idée selon laquelle la joie est quelque chose de bien, alors que leurs enseignements sont remplis avec la culpabilité venant d'un "péché originel" imaginaire. Leur instinct est de comprendre le monde de la Nature par des preuves vérifiables, alors qu'on leur apprend à croire que le noir est blanc, que ce qui est rond est plat, et que les instincts naturels sont forcément le Mal quand les enseignements de leur église contredisent la raison ou les faits connus. Beaucoup d'entre nous croient instinctivement en des valeurs de l'Ásatrú parce qu'ils ont perpétué jusqu'à nous depuis nos ancêtres. Nous voulons croire que d'autres religions épousent ces valeurs, ainsi nous voyons ce que nous voulons voir. La plupart des gens n'ont simplement pas réalisé que les religions majeures disent des choses qui ne sont pas en accord avec les valeurs que nous savons être justes en nos coeurs. Pour trouver les vertus de l'Europe du nord, il faut regarder où ces vertus sont naturelles : en l'Ásatrú.

Qu'avez-vous à dire sur le bien et le mal ?

Le Bien et le Mal ne sont pas des constantes. Ce qui est Bien dans une situation ne le sera pas dans une autre, et pareil pour le Mal. Pour n'importe quel exemple, la bonne suite d'actions aura été modelée par l'influence du passé et du présent. Le résultat peut ou non être "bien" ou "mal", mais ça sera toujours la bonne action. En aucun cas les notions de bien ou de mal ne nous sont dictées par les décrets d'une déité étrangère et autoritaire, comme au Moyen-Orient. On attend de nous que nous utilisions notre liberté, notre responsabilité et notre conscience du devoir pour servir les fins les plus louables.

Que nous enseigne l'Ásatrú sur la vie après la mort ?

Nous croyons qu'il y a une vie après la mort, et que ceux qui ont vécu les vies vertueuses continueront à vivre des expériences encore plus grandes, avec accomplissement, plaisir, et défi. Ceux qui ont vécu des vies plus tournées sur le vice que sur la vertu seront séparés de leurs parents et condamnés à une existence morne et désolée. La nature précise de la vie après la mort (ce que c'est et ce qu'on y ressent) dépasse notre compréhension et est exprimé essentiellement dans les mythes. Il y a aussi une tradition de l'Ásatrú expliquant la renaissance d'un être dans sa lignée familiale. Il se peut que l'individu choisisse s'il souhaite ou non renaître en ce monde, ou bien il se peut également qu'il y ait des lois naturelles qui gouvernent ceci. En un sens, bien-sûr, nous vivons toujours en nos descendants d'une autre façon qu'une vie après la mort. Nous Ásatrúars, nous ne sommes pas excessivement inquiets sur notre prochaine vie. Nous vivons ici et maintenant, dans cette vie. Si nous vivons celle-ci de la bonne façon, la prochaine sera encore mieux.

Est-ce que l'Ásatrú implique une vénération des ancêtres ?

L'Ásatrú dit que nous devons honorer nos ancêtres. Il dit également que nous sommes liés à ces ancêtres d'une certaine façon. Cependant, nous ne les vénérons pas. Nous croyons que nos ancêtres nous ont transmis des qualités spirituelles certaines, aussi sûrement qu'ils nous ont donné divers traits physiques. Ils vivent en nous. La famille ou le clan se situent au dessus et au delà des limites du temps et de l'espace. Ainsi nous avons un respect pour nos ancêtres même si nous ne nous impliquons pas dans un culte aux ancêtres.

L'Ásatrú possède-t-il un livre sacré, comme la Bible ?

Non. Il y a des sources écrites qui nous sont très utiles parce qu'elles contiennent beaucoup de nos coutumes sacrées sous forme de mythes et d'exemples de bonne conduite, mais nous ne les acceptons pas comme étant des documents infaillibles et inspirés. Les religions qui font cela sont trompeuses envers leurs adeptes quant à la pureté et la précision des écrits. Les nombreuses discordes au Moyen-Orient en sont une bonne preuve. Leurs interprétations contradictoires ne peuvent être toutes correctes ! Il y a deux sources de vérité sacrée, et aucune d'elles ne s'exprime par des mots. La première est l'Univers autour de nous, qui est une manifestation de l'essence divine sous-jacente. La seconde est l'Univers à l'intérieur de nous, transmis par nos ancêtres comme étant l'instinct, l'émotion, les prédispositions innées et peut-être même la mémoire raciale. En combinant ces sources de sagesse internes et externes avec la littérature laissée par nos ancêtres, nous en arrivons aux vérités religieuses. Ce guide spirituel vivant est mieux que n'importe quel "livre sacré" poussiéreux et dogmatique, dont les écritures sont quelquefois tellement ambiguës que même les érudits de l'église ne peuvent se mettre d'accord, et dont les interprétations changent avec l'état politique des différentes époques.

L'Ásatrú a été décrite comme une religion de la nature. Ce qui veut dire ?

Nous attachons une grande valeur au respect spirituel, au sentiment d'être connecté aux Dieux et Déesses, ce qui peut venir de l'expérience et de l'appréciation de la beauté et de la majesté de la Nature. Nos déités agissent dans et à travers la loi naturelle. En travaillant en harmonie avec la Nature, nous pouvons devenir travailleurs-adjoints des dieux. Cette attitude efface l'opposition entre "naturel" et "surnaturel" et entre religion et sciences. Pour nous, suivre une religion de la nature, c'est reconnaître que nous faisons partie de la Nature, sujets à toutes ses lois, même quand ça offense nos fausses conceptions influencées par le christianisme. Nous sommes peut-être des dieux en herbe, mais nous faisons aussi partie du règne animal, un noble héritage. Nos ancêtres et leurs prédécesseurs l'emportèrent à travers des milliards d'années de défis inimaginables, un exploit qui doit susciter le respect des dieux eux-mêmes.

D'où vient l'univers selon l'Ásatrú ?

Nos mythes décrivent le début de l'Univers comme étant le déploiement d'un processus naturel, plutôt qu'un processus nécessitant une intervention surnaturelle. Les adeptes d'Ásatrú n'ont pas besoin d'abandonner la science moderne pour garder leur religion. Notre ancien folklore décrit l'interaction du feu et de la glace et le développement de la vie qui en découle. Mais ceci est symbolique, et nous laisserons aux scientifiques le soin de découvrir comment l'univers a été créé.

Que sont les runes, et qu'ont-elles à faire avec l'Ásatrú ?

Les runes sont des anciens symboles germaniques représentant divers concepts ou forces dans l'Univers. Prises ensemble, elles expriment la vision du monde qu'avaient nos ancêtres. Leurs significations sont intimement liées aux enseignement de l'Asatru. Nos mythes disent comment Odin, père des dieux, les remporta après avoir traversé un supplice douloureux pour que les dieux et les humains puissent bénéficier de leur sagesse.

Comment est organisé l'Ásatrú ?

L'Asatru est non-autoritaire et décentralisé, exprimant notre amour de la liberté. Même si nous avons quelques principes définis, nous avons peu de dogmes. Il n'y a pas de leader spirituel tout puissant dont la parole est loi, pas de "pape" de l'Ásatrú pour dire la vérité. Ni les gourous, ni les prêtres n'ont une lignée directe avec les dieux. Les dieux vivent en vous !