Par Amorgen Dubhart

Viens ! O viens !
Le chemin de la Lune s’ouvre devant toi,
De ton royaume inviolé,
Sombre comme les abysses marines
Approchent les loups pour entourer tes carrefours
Et tes familiers sauvages, en sarabande féroce
Dansent maintenant à nos cotés.
Viens comme un feu brûlant aussi fort
Qu’une étoilé martelée par la puissance des vents
Viens, O viens !
Impénétrable guide du Monde d’en-dessous
Toi, de l’antique sagesse
Noire comme la nuit, Rouge comme le sang
Sage comme le temps, éternellement présente
HEKATE !
Toi qui brandis le miroir des âmes
Gardienne de la Porte Noire de L’Oubli
Toi dont l’œil acéré perce toute obscurité
Viens et calme les peurs
De ceux qui sont tes enfants !
Dans le silence létal de la Lune Noire
Dans les pleurs de toutes les passions
Dans les hurlement de la vie sauvage
Hekate ! Investis-moi de ta présence
Viens et puissent les Ténèbres
Danser dans ta Lumière !