Lorsqu'un chat arrivait au terme de ses neufs vies, la famille possédant le chat entrait dans une grande période de deuil total. Traditionnellement, ils se rasaient les sourcils, signe de tristesse et de respect envers l'animal mort. La céromonie d'embaumement était certainement aussi importante que pour l'embaumement des humains : diverses drogues, huiles aromatives, épices. Le corps était ensuite enroulé dans diverses couches de lin de très bonne qualité (si la famille était riche, si elle était pauvre, on se contentait d'utiliser du lin de moindre qualité). Les couches de lin étaient disposés en motifs compliqués. Puis on plaçait sur la face un masque fait de papier-mâché ou de bois. Ce masque était ensuite recouvert d'autres couches de lin qui elles étaient peintes ou finement décorées avec de l'or. Le corps mommifié était finalement mis dans un sarcophage recouvert de bijoux. Pour accompagner le chat dans l'au-delà, on plaçait à ses côtés, de la nourriture, du lait et même des souris mommifiées. Pour les chatons, on utilisait des sarcophages de bronze.

Finalement, des funérailles complètes se déroulaient avec des rites sacrés. Le chat était soit enterré dans le tombeau familial, dans le cimetière local de la ville (où les rites de Bastet étaient religieusement suivis) ou dans la Nécropolis de Bubastis. Le nombre de chats mommifiés est évalué à plus d'un million.

Bubastis est sans aucun doute la ville la plus importante où un culte félin eut lieu. Un temple de granite rouge était érigé et à l'intérieur se trouvait une statue de Bastet assise sur son trône. À ses pieds, des prêtresses déposaient des fruits, du miel, de la viande et des huiles exotiques. Dans les murs du temple, un grand nombre de chats, tous parés de bijoux (colliers, boucles d'oreilles et boucles de nez) ronronnaient et étaient considérés aussi sacrés que la déesse elle-même. À Bubastis se trouvait également la Nécropole de Bastet, où des milliers et des milliers de sarcophages félins étaient enterrés.

À chaque printemps, plus d'un demi-million de gens se réunissaient à Bubastis pour célébrer le festival de Bastet. Aussi étonnant que cela puisse être, son festival était le plus célèbre et le plus connu de tous les festivals égyptiens. Les gens faisaient le pèlerinage en bâteau et venaient recevoir la bénédiction de la déesse puis allaient fêter dans les rues. C'était un festival de joie, de gaieté, on dansait et on chantait. À la Nécropole, un énorme rituel prenait part avec près de 100 000 chats mommifiés.