Les différents sites de cet Autre Monde ont généralement un lien avec des sites réellement existants. Ainsi en est-il d'Avalon, vraisemblablement situé dans le comté anglais de Somerset, où se dressent aujourd'hui les ruines de l'abbaye de Glastonbury. Selon la légende, cet édifice se rattacherait à Joseph d'Arimathie ou à l'un de ses parents qui rapporta le Graal de Palestine en Angleterre, ou plus exactement au Pays de Galles.

Seul un cercle étroit de personne, dit la légende, avait accès à Avalon. Outre la maîtresse des lieux, Morgan Le Fay, et ses huit soeurs, on peut également citer les habitants de la maison de la Vierge, les servantes et le magicien Merlin, que l'on identifie aujourd'hui à un barde. En dehors de ces personnes, seuls quelques rares élus pouvaient y parvenir.

Selon la légende, deux chemins conduisent à Avalon. Le premier passe par la mer et nécessite une barque, qu'il faut savoir invoquer en même temps que son équipage. Le second, connu des seuls habitants d'Avalon, passe par la terre mais n'est jamais décrit avec précision - certaines versions évoquent un labyrinthe marécageux. La légende veut que certains hommes parvinrent, par inadvertance, à emprunter ce passage secret.

Avalon est considéré comme une île paisible, propice à la guérison, où il ne tombe ni pluie, ni grêle, ni neige. On prête à Morgan Le Fay et à ses soeurs certains pouvoirs de guérison, et le cocher Barinthu y conduisit certains blessés par des chemins dérobés pour un bref repos. Tel est à peu près le cas du roi Arthur qui, blessé à mort à l'issue de sa dernière bataille, la bataille de Camlaan - certaines sources disent qu'il était déjà mort -, fut transporté jusqu'à l'île par trois prêtresses et couché sur un lit d'or. Nul ne sait ce qu'il advint ensuite de lui, mais la croyance se maintint longtemps que le roi Arthur - guéri ou ressuscité d'entre les morts - s'en reviendrait un jour sur terre.

Compte tenu des descriptions très imprécises du lieu et des pouvoirs magiques qu'on lui prête, on peut penser que ce site n'est que le fruit de l'imagination. L'île d'Avalon n'est d'ailleurs pas mentionnée dans toutes les versions de la légende du roi Arthur.