Note : Ce texte rassemble quelques notes envoyées à une néophite solitaire, qui désirait célébrer Samhain sans utiliser un rituel « ready to start ». J’ai pensé que ces quelques notes pouvaient être utiles à d’autres néophites.

Contexte : suite à la discussion d’hier, quelle est la frontière qui devient plus mince entre les mondes, et entre quels mondes ? la tradition veut que le sidh et le monde profane se pénètrent.

Pour moi, c’est la période de l’année où la nuit augmente fortement, cette nuit, ces ténèbres sont l’inconscient. La frontière entre rationalité et inconscient devient plus faible à Samhain. Non pas tellement en raison de la date précise, mais plutôt parce que quand l’hiver vient en règle générale on a plus l’occasion de faire des travaux/loisirs en intérieur… y compris l’introspection. Quelles pistes de travail ou de rituels en découlent ? Pourquoi pas un voyage intérieur, une visualisation guidée de tes propres ténèbres intérieures, ou d’un aspect particulier de ta psyché ?

Ecris le « voyage » avant, du moins le début, afin de le visualiser ensuite, un exemple ci dessous :

La nuit tombe
Dans une forêt je progresse au plus profond
Vers le plus ténébreux de la forêt
Une grande ouverture au sol
Je me déshabille pour y entrer
La progression est difficile le trou est étroit
Je m’y glisse, il fait chaud et humide
Le tunnel est sombre mais j’y vois assez
Il y a des virages et des coudes
La progression est lente et difficile
J’arrive dans une caverne rougeoyante
Il fait chaud
Je m’assieds au centre de la caverne
Je suis environné de peintures rupestres
De stalactites et de stalagmites
Je m’assieds et j’attends
Quelqu’un doit venir
J’attends
Quelqu’un vient
C’est ….

Instaure ensuite un dialogue intérieur avec cet être. Bon ce n’est qu’un exemple écrit à la va vite, je te fais confiance pour enrichir le tout.

Si tu ne veux pas te prendre la tête, pourquoi simplement ne pas célébrer cet aspect de la roue de l’année, faire un bilan d’une année passée, avoir une pensée pour ceux qui sont partis (morts ou que tu ne voies plus), « prier » la déesse et le dieu (le dieu est seigneur de la mort à Samhain) pour qu’ils t’apportent de la force pour cette nouvelle année, prier pour la lignée de tes ancêtres et t’offrir une remontée express jusqu’au paléolitique, pour visualiser ton « moi » en train de mâchouiller un champignon hallucinogène devant sa caverne, visualiser tes précédentes « incarnations » ou des pseudo-ancêtres que tu aimerais avoir dans ta lignée etc.. etc.. tes possibilités sont infinies et j’espère que cela va t’aider.

Ci-joint un exemple d’évocation du Dieu Sombre, tu peux t’en inspirer, soit indulgente j’ai griffonné celle-ci en dix minutes. Tu peux aussi transformer l’évocation en invocation si tu désires « incarner » cet aspect du Dieu.

O Sombre Seigneur du Monde d’en dessous
Toi l’Homme en Noir, le Pacificateur, le Transformateur
En cette nuit de Samhain où mince est la frontière des mondes
Je t’évoque
Seigneur Noir du domaine des morts (ou Seth, ou Hades, ou Ogmios, ou Dis Pater ou Orgos, ou Donn ou Cernunnos… (Ou Anubis, NdA))
Toi Le Sacrifié et le Sacrificateur, le Moissonneur
Toi qui déposé ta couronne aux pieds de la Déesse
Ecoute mon chant qui glisse vers toi
Investit mon cercle et garde ouverte les portes
Du royaume de la nuit
O Cernunnos !
En cette nuit où je célèbre les anciens rites
En ce temps ou tourne la roue des saisons
Ecoute ma voix et mon désir
Et viens à moi
Puisse ta magie inonder mon cœur
Et transformer mon Être
Sombre et Puissant Seigneur
Je te salue et t’honore !



Hope it will be useful
Amorgen Dubhart.