Janet et Stewart se sont mariés et en dépit des vingt rudes années, ont publié plusieurs livres sur la Wicca. What Witches Do, publié en 71 (écrit lors de la première année de Stewart en tant que sorcier) est un livre très centré sur la tradition alexandrienne et qui reste le meilleur guide concernant le fonctionnement d’un coven typiquement alexandrien. Rare, mais peut-être toujours disponible dans les librairies d’occasion, l’enregistrement de l’initiation de Janet, narrée par Stewart, A Witch is Born, permet également de mettre quelques lumières sur les covens alexandriens traditionnels.

Bien évidemment, il est difficile de quantifier de façon juste ce qui est l’essentiel de la « tradition alexandrienne » car les covens varient considérablement au sein d’une même culture. Je dois encore rencontrer deux covens qui travaillent précisément sur la même voie et qui sont de même filiation. Cependant, les covens alexandriens se concentrent généralement assez fortement sur la formation qui inclue des cursus plus globalement associés à la magie cérémonielle, comme la Kabbale, la magie angélique et énochienne. Le coven alexandrien typique possède une structure hiérarchique et se réunit en général chaque semaine ou au moins à chaque pleine lune, nouvelle lune et Sabbats.

La plupart des covens alexandriens permettront à des non-initiés d’assister à des cercles, habituellement en tant que « néophyte », de suivre une formation de base à l’Art, de réaliser un certain nombre de projets avant d’être accepté par le coven pour être initié au premier degré. Certains covens alexandriens, mais pas tous, accueillent des « invités » non-initiés lors de certaines rencontres. Ma première expérience personnelle de la Wicca était justement en tant qu’invitée à l’une d’entre elles.

La Wicca alexandrienne utilise les mêmes outils et rituels que la Wicca Gardnérienne. Bien que dans quelques cas, les outils soient employés différemment et les rituels adaptés. Un autre changement fréquent concerne les noms des déités et des gardiens des Tours. Quelques fois, ce ne sont que de simples remplacement de noms, mais d’autres fois, ce sont des différences fondamentales dans la philosophie.

Cela dit, lors des trente dernières années, les deux traditions se sont rapprochées et les différences s’estompent encore doucement. Des covens individuels continuent certainement d’entretenir les différents styles et des pratiques de travail spécifiques, mais il est aujourd’hui possible de parler de Wicca englobant les deux traditions.

Quelques dates :
Alex and Maxine se sont mariés et ont déménagé pour Londres en 1967 (ils se sont « handfasted » en 1965)
"King of the Witches" de June Johns fut publié en 1969.
Stewart Farrar rencontra Alex and Maxine en 1969, lorsque l’éditeur de Stewart lui envoya les interviewer pour un magazine. Stewart fut initié au sein de leur coven à Londres le 21 février 1970.
"What Witches Do" de Stewart Farrar fut publié en 1971.
Alex est décédé dans le Sussex le 30 avril 1988.

Pour plus d’informations : Livres traitant d’Alex Sanders et de la tradition alexandrienne :
King of the Witches (June Johns)
Maxine the Witch Queen (Maxine Sanders)
What Witches Do (Stewart Farrar)
The Rebirth of Witchcraft (Doreen Valiente)