LE VOCABULAIRE DU WICCAN REDE.

Comme mentionné plus haut, le Rede est présenté dans une forme d'anglais pseudo-archaïque. Folie douce, ou choix délibéré ? Regardons le Rede, mot par mot.

AN : Traduire ce mot pas "si", comme c'est souvent le cas, est une erreur de taille. Il serait plus précis de le traduire pas "tant que" ("as long as").

IT : Cela. Ce pronom désigne tout ce que vous pourriez être tenté de faire.

HARM : Se réfère à tout ce que vous ou une autre personne, impliquée par le "it" précédent, considérerait être une perte, dommage, souffrance, inconfort, injustice, empêchement, relatif à ce que la situation était avant que le "it" ne soit commis. Tout ce qui va à l'encontre de la liberté d'une autre personne, même si les intentions étaient bonne, est une nuisance considérable.

NONE : Ce mot-là est très facile à comprendre. "None" est un mot qui exclut tout. Si vous blessez quelque chose ou quelqu'un, y compris vous, y compris un caillou à Trenton, New Jersey, vous avez blessé "some" (quelqu'un ou quelque chose), et non pas "none" (rien ni personne).

DO : Entendre par là le fait d'effectuer toute action complétée par le "IT", ci-dessus.

WHAT : Sa signification en anglais serait "Whatever" (tout ce que...), et se rapporte à ce qui suit.

YE : Le pluriel archaïque de "you". le "you" actuel est utilisé à la fois pour le singulier et le pluriel ; le "YE" archaïque est toujours au pluriel. Nous verrons plus bas que ce n'est pas un hasard.

WILL : Le verbe "to will" implique un pouvoir de décision pour déterminer quelle serait la meilleure action à entreprendre. "Will" n'a que peut de rapport avec "wish" (souhaiter) ou "want" (vouloir) ou "desire" (désirer). Ce n'est pas une question de sentiments, d'émotions. C'est juste l'emploi de la raison pour prendre la décision la plus adéquate.

LES DEUX PARTIES DU WICCAN REDE

Première partie : "AN IT HARM NONE".

Pourquoi le Rede ne dit-il pas plutôt "Do what ye will, an it harm none" ? Il y a une raison pour laquelle "An it harm none" vient en premier dans le Rede, et cette raison est que "An it harm none" doit arriver en premier dans vos pensées, en tant qu'initié et pratiquant de la Wicca. Si vous, ou n'importe quel Wiccan comence à dire "Do what ye will", je peux vous assurer que vous, comme les fondamentalistes avant vous, y trouverez une excuse qui justifierait toutes les choses plus ou moins répréhensibles qui vous viendraient à l'esprit ! Sachant cela à propos de la nature humaine, la Dame qui a écrit le Rede la souhaité ainsi, avec le "An it harm none" en premier.

Le "An it harm none" du Wiccan Rede a des équivalents dans beaucoup de disciplines. Le plus flagrant est sans doute dans le Serment d'Hippocrate prêté par chaque médecin avant qu'il soit déclaré apte à exercer. La première partie de ce serment recommance au médecin de "Premièrement, ne blesser personne." Il est étonnant de se rendre compte à quel point l'éthique magique, telle que déterminée dans le Wiccan Rede, est ou devrait être si semblable à l'éthique médicale, un sujet à l'emprise tellement puissante, et sur tellement de vies.

Quand nous lisons qu'un médecin a violé son éthique médicale, nous lisons ceci avec le médecin dans le rôle du méchant et avec sympathie pour ses patients qui ont souffert de soins bâclés parce que le médecin a violé son éthique. Les futures générations considéreront des violations de l'éthique magique avec le même degré d'outrage, et auront raison, ce qui nous donne à réfléchir.

Seconde partie : "DO WHAT YE WILL."

Même sans la première partie du Rede, "do what ye will" n'est certainement pas une permission ou un prétexte de faire tout ce que vous voulez. Comme un Haut-Prêtre Wiccan le faisait remarquer, "le pouvoir corrompt, et la puissance absolue altère complètement." J'ai déjà entendu ça quelque part, mais c'est certainement vrai quand vous parlez d'utiliser la vraie magie pour accomplir de vraies choses dans le vrai monde.

Quand nous nous efforçons de penser à toutes les conséquences, attendues ou non, possibles ou non, qui découlent de quasiment chaque action humaine, il semblerait sage de ne rien faire du tout, en particulier dans le domaine spirituel, qui est guidé par la sagesse humaine ! Malheureusement, ne rien faire est aussi un choix, et les résultats consécutifs à l'inaction sont souvent bien pires qu'une action irréfléchie. C'est pour cela que la seconde partie du Rede demande que nous prenions des décisions et que nous agissions en conséquence, à la condition que cela ne blesse personne.