La nudité rituelle, permet de se dépouiller symboliquement de sa peau d'homme ou de femme moderne, de "casser" plus facilement le mur du conscient. On peut ceci dit arriver au même résultat avec une robe rituelle. Ce qui est important pour ce point c'est d'être "différent" de sa vie profane.

Le point de l'égalité, il faut le prendre symboliquement, que l’on soit riche ou pauvre, devant la Déesse on est nu, point.

Autre chose, avec les membres d’un coven, la nudité demande et implique un sentiment de confiance et d'intimité, on montre ce que l’on est, tel que l’on est né, on ne se cache pas derrière le fard ou les parures, que l’on soit beau ou laid, par ce geste de "dépouillement" on montre que l’on est ouvert aux regards des autres et vice versa. C’est pourquoi il est nécessaire d’être très exigeant dans le choix des membres d’un coven...De plus ce geste doit venir de soi, si on ne le sent pas, il ne faut pas le faire. Dans un coven, il faut qu'il y ait un fort sentiment d'amitié et de partage, sinon c'est artificiel, et c'est la porte ouverte à plein de problèmes.

La Wicca est aussi une religion de fertilité, avec une forte symbolique sexuelle et sensuelle, même si tout le monde n'est pas prêt à l'entendre et à le comprendre, particulièrement dans la façon dont la Wicca est présentée aujourd'hui... C'est aussi pour cela que la nudité rituelle est un point important, c'est une religion qui célèbre la fertilité et les cycles de la vie. La sexualité y est sacralisée, sublimée, symbolisée par le grand rite qui est fait le plus souvent sous forme symbolique, en réel il est fait en privé. Peu de gens sont capables de comprendre ce concept et de le vivre en coven.

Dans la Wicca, même sous forme symbolique, on fait parfois appel dans la magie aux forces intérieures de la sexualité. Une sublimation de l'énergie du "désir", de l'élan vital, ce qui est la force intérieure la plus puissante et la plus difficile à maîtriser. En ce sens la nudité rituelle prend une autre dimension, elle est la claire acceptation de l'utilisation dans le cadre "affectif" du coven de cette énergie sous forme symbolique. C'est l'affirmation que la nudité n'est pas coupée de la sexualité (comme dans la philosophie naturiste), mais sacralisée et sublimée dans une optique de dépassement de soi, pour atteindre au sacré, au divin. Comme on peut s’en douter cela demande vraiment entre les membres du coven, parfait amour et parfaite confiance, stricto-sensu. Cela dépasse le cadre de la plupart des covens (hélas...) qui se contentent de l'aspect quasi exotérique, où le rituel est presque vide de sens, la magie utilisée pour des choses profanes et l’animalité ou l’ensauvagement absents... C'est très difficile, et très dur émotionellement à certains moments, car il faut retrouver la notion du don de soi, de la véritable ouverture aux autres. Montrer ce que l'on est réellement, et s'aider de l'amitié/amour des autres pour mieux se connaitre encore.

Dernier point, plus anecdotique, la nudité rituelle apprend à aimer ce que l’on est, accepter son corps et l'aimer, ce qui à notre époque n'est pas chose facile, matraqué que nous sommes par les canons uniformes de beauté décrétés par les médias et les agences de pub et leurs campagnes porno-soft pour vendre un aspirateur…Or dans le cercle magique, nous sommes tous beaux !

Copyright Amorgen.