Le dialogue

Le rôle des participants n'est pas vraiment défini. En effet, chacun d'eux est à la fois émetteur et récepteur. Pour ce faire, il faut bien entendu que tous les participants maîtrisent la télépathie sinon la communication sort du cadre du dialogue. Il peut y avoir 2 méthodes différentes bien que le mécanisme de base reste le même :

  • La communication de "cerveau à cerveau". L'émetteur du message communique par le biais de la "parole" (cf. paragraphe suivant), et le recepteur lui répond à son tour par la même méthode.
  • La communication d' "esprit à esprit". Les participants communiquent entre eux comme le font les esprits. Autrement dit, leurs esprits doivent être extériorisés simultanément.
La parole

Dans ce cas il n'y a qu'un seul participant actif, le ou les autres subissant seulement le phénomène. Les rôles d'émetteur et de recepteur(s) sont donc bien définis et ne varient jamais. Cependant, il est impératif que le(s) récepteur(s) ne soit pas sceptique quant aux phénomènes parapsychologiques. Dans le cas échéant, il ne prêtera pas attention au message qu'il reçoit. Le principe est simple bien que la pratique soit beaucoup plus difficile. L'émetteur doit "étendre" son esprit hors de son corps, voire même pratiquer une extériorisation complète, afin d'agir sur les centres nerveux auditifs du recepteur.

Lecture des pensées

Tout comme pour la parole les rôles sont fixes et l'émetteur est le seul participant actif. Le récepteur quant à lui ne se rend même pas compte du phénomène. Il n'est donc pas nécessaire qu'il croie aux phénomènes "surnaturels". Il faut là aussi que l'émetteur pratique une extension de son esprit mais cette fois pour "lire" dans le cerveau du recepteur (en sachant que la pensée n'est rien d'autre qu'une succession de messages nerveux.

La Pratique

Après la théorie, la pratique... L'extension (ou l'extériorisation) de l'esprit s'obtient grâce à 2 choses : l'imagination et la concentration. Quand nous disons "imagination", il ne s'agit pas de la même chose qui sert à créer des images.

Le principal effort imaginatif à produire est ici d'oublier tout ce que l'on sait du monde concret qui nous entoure. Cela afin de ne pas perturber la volonté et la concentration. Quant à cette dernière, il ne s'agit pas de prendre sa tête entre les mains et de "forcer" sur notre cerveau. La plupart du temps cela fait échouer la tentative... Si on décompose le mot on obtient : "Con" qui signifie "avec", et "centrer". Donc le sens de ce mot est le fait de se "centrer" "avec" soi-même, ce qui revient à dire de ne penser à rien du tout... Première chose avant de se concentrer : être calme et détendu... En effet la concentration est un état de calme et de détente poussé à l'extrême, jusqu'à provoquer une semi-hypnose.

Pour cela, voici un petit exercice simple à réaliser : Installez-vous confortablement (assis de préférence pour éviter de s'endormir), puis fermez les yeux. A noter que la lumière ambiante ne doit pas être trop forte afin de ne voir que du noir quand vous aurez les yeux fermés. Respirez normalement puis ralentissez et approfondissez votre respiration progressivement. Cela contribuera à ralentir votre métabolisme afin de faciliter l'extériorisation de votre esprit, ainsi qu'à effacer le stress (ennemi numéro 1 de la sérénité). Procédez à cet exercice avec la personne qui vous accompagne dans votre "entraînement". Quand vous et votre collègue êtes bien relaxés (vous devez vous sentir "planer" un peu), réalisez l'exercice suivant :

Dites à votre collègue de ne penser qu'à un seul mot de son choix. Approfondissez votre état de relaxation (en continuant dans la méthode précédente), et dites le premier mot que vous pensez entendre. L'échec est fréquent les première fois mais en persévérant dans cette voie vous y arriverez. Pensez aussi à inverser les rôles avec votre collègue. De fil en aiguille, vous serez capable de dialoguer par la pensée. En ce qui concerne la "parole" et la "lecture" de pensée, cela viendra tout seul car il s'agit en fait de la même démarche.

Un dernier conseil : entraînez-vous régulièrement... Nous vous souhaitons bon courage...

Merci à Skya pour m'autoriser à publier ici les textes de son ancien site, Quanta !