Les Celtes étaient avant tout des bergers, et non des agriculteurs. La fin de l'été signifiait l'arrivée prochaine de changements drastiques dans leur vie quotidienne. Les troupeaux étaient ramenés des prairies d'été vers les étables, et tout le monde se préparait à de longues soirées passées ensemble à la veillée, pour conter des histoires, et faire de l'artisanat.

Les Celtes pensaient que leurs morts étaient admis dans un lieu de joie et de beauté, appelé Tír na nOg. Mais cela n'avait rien à voir avec le concept de Paradis et d'Enfer tel que les chrétiens allaient l'implanter un peu plus tard. On disait parfois aussi que les morts erraient avec le peuple des fées, parmi les collines, ou "sidhe", (prononcez "shiii") qui parsemaient le paysage irlandais et écossais.

Samhain était la nouvelle année des Celtes. Dans leur système de croyances, les moments entre deux journées, la rencontre de la mer et du rivage ou encore le passage d'une année à l'autre étaient magiques. La nouvelle année était le plus puissant de ces symboles magiques. C'était la période pendant laquelle le "Voile entre les Mondes" était le plus mince, et les vivants pouvaient communiquer avec les morts du Tír na nOg.