La Déesse

La Déesse est la terre, la mère qui nous nourrit, elle est le pouvoir de fertilité et génération. Tout vient d'elle et tout retourne à elle. Peu importe l'action que nous effectuons, nous somme une manifestation de la Déesse. La Déesse n'a ni commencement, ni fin ; ni naissance, ni mort.

Sous ses trois aspects, la Déesse représente ainsi plusieurs valeurs, étapes, cheminements et images de la vie et permet à l'être humain de se sentir plus en contact avec elle. Elle offre un contact " seul à seul " avec celui qui l'invoque.

L'aspect triple de la Déesse vient du fait que nous percevons la lune comme ayant trois phases principales et aussi du fait que nous considérons que la femme a aussi trois phases de vie. Celles-ci sont la Jeune Fille, la Mère et la Vieille Femme.

On consacre le pentacle, la pomme ainsi que les feuilles à cinq pointes et les fleurs à cinq pétales à la Déesse puisqu'elle est Vie. Sous toutes ses manifestations, elle représente les deux pôles de dualité : la vie dans la mort et la mort dans la vie. Elle est lumière et noirceur, la patronne de l'amour et la mort, qui rend possible tout ce qui l'est. Elle apporte réconfort et douleur.

On lui associe aussi le chaudron, la coupe, le miroir, le collier, les coquillages, les perles, l'argent, l'émeraude.

Elle est ce que la femme peut devenir.

La Déesse est omniprésente.

La Jeune Fille

On l'associe à la lune qui croît. Elle est jeunesse, débuts, commencements, virginité, découverte, liberté, indépendance.

On la célébre à Imbolc et Ostara.

Exercice : méditation de la lune croissante

Faites d'abord un exercice d'enracinement à la terre et de focus (grounding et centering). Visualisez ensuite un croissant de lune argenté. La lune est le pouvoir des commencements, de croissance et de génération. Elle est audacieuse, comme les idées et les plans le sont avant d'être tempérés par la réalité. Elle est la page vierge, le champ qui n'est pas encore cultivé. Sentez vos possibilités cachées, vos potentiels enfouis ; sentez votre pouvoir de commencent et de croissance. Voyez la lune comme une fille à la chevelure argentée, courant librement à travers la forêt éclairée par la lune. Elle est Vierge, éternellement impénétrée, appartenant à personne sauf à elle-même. Appelez son nom " Nimuë ! " and sentez son pouvoir en vous.

La Mère

On l'associe traditionnellement à la pleine lune. Elle est fertilité, fécondité, la Mère, amour.

On la célèbre à Beltane, Litha et Yule.

Exercice : méditation de la pleine lune

Faites d'abord un exercice d'enracinement à la terre et de focus (grounding et centering). Visualisez ensuite une pleine lune ronde. Elle est la Mère, le pouvoir de fertilité et tous les aspects de la créativité. Elle nourrit ce que la Nouvelle Lune a commencé. Visualisez ses bras ouverts, sa poitrine pleine, ses entrailles brûlants de vie. Sentez votre propre pouvoir qui vous incite à nourrir, à donner, à rendre possible ce qui peut l'être. Elle est la femme sexuelle ; son plaisir dans l'union est la force mouvante de ce qui compose toute chose vivante. Sentez le pouvoir de votre propre plaisir, de votre orgasme. Appelez son nom " Mari ! " et sentez votre abilité à aimer.

La Vieille Femme

On l'associe traditionnellement à la lune qui décroît. Elle est vieillesse, sagesse, mort. Elle est celle qui détient les mystères de la Vie et de la Mort. Si elle annonce la mort, elle promet aussi une renaissance.

On la célèbre à Lughnasadh, Mabon et Samhain.

Exercice : méditation de la lune décroissante

Faites d'abord un exercice d'enracinement à la terre et de focus (grounding et centering). Visualisez ensuite un croissant de lune décroissante, entouré d'un ciel noir. Elle est la Vieille Femme, celle qui a atteint la ménopause, elle est le pouvoir de la fin, de la mort. Toutes choses doivent se terminer afin d'accomplir leur commencement. La vie nourrit la mort, la mort conduit à la vie et dans cette connaissance se trouve la sagesse. La Vieille Femme est la Sage Femme, infiniment vieille. Sentez votre propre âge, la sagesse de l'évolution imprégnée dans toutes les cellules de votre corps. Sentez votre propre pouvoir de la fin, le pouvoir de perdre pour gagnez à nouveau, le pouvoir de détruire ce qui stagne. Voyez la Vieille Femme vêtue d'une cape noire sous la lune qui décroît ; appelez son nom " Anul ! " et sentez son pouvoir dans votre propre mort.

La Déesse se nomme aussi :

  • Déesse des Cieux
  • Mère des Dieux
  • La Source Divine
  • Déesse de l'univers
  • La Grande-Mère
  • Déesse de l'amour
  • Déesse de la guérison
  • Déesse de la sagesse
  • Déesse de la prophétie
  • Déesse de la maternité
  • La Mère-Terre

Le Dieu

Le Dieu n'est pas facile à saisir, il ne tombe dans aucun stéréotype auquel on s'attend, il n'est ni le mâle macho ni l'homme efféminé. Il est doux, gentil, réconfortant, mais il est aussi le Chasseur. Il est le Dieu Mourant, mais sa mort est toujours au service de la force de la vie. Il est sexuellement fougueux, mais sa sexualité est issue d'un pouvoir profond et sacré. Le Dieu est Noirceur parce que la nuit est un moment de pouvoir et fait partie du cycle.

Le Dieu est l'image du pouvoir interne. Il est le soi uni, dans lequel la tête n'est pas séparée du corps, ni l'esprit de la chair. Unis, ils peuvent fonctionner avec création et émotion.

Le Dieu est la promesse de la vie qui reviendra. Il est le sacrifice de la vie à la mort.

On lui associe l'épée, les cornes, la lance, la chandelle l'or, le diaman, la flèche, la baguette et le couteau.

Il est ce que tout homme peut devenir.

On représente le Dieu sous deux ou trois aspects. Dans un premier temps, il est le Seigneur de la Lumière et le Seigneur de la Noirceur. Sous ces deux aspects, il correspond à deux des pointes du pentacle; la Triple Déesse complète l'étoile.

Dans un deuxième temps, on lui attribue trois aspects : le Dieu Cornu, le Dieu-Soleil et le Dieu-Sacrifice.

Le Dieu Cornu

Les cornes de ce Dieu sont symboles de la lune croissante et décroissante ainsi que le symbole de la vitalité animale. Il est force, sexualité, masculinité, jeunesse.

On le célèbre à Yule, Imbolc et Ostara.

Le Dieu-Soleil

Il est pouvoir, maturité, compassion, respect, amour, croissance et fertilité.

On le célèbre à Beltane et Litha.

Le Dieu-Sacrifice

Il est vieillesse, moissons, sacrifice pour les autres, pouvoir des destruction et de regénération.

On le célèbre à Lughnasadh, Mabon et Samhain.

Le Dieu se nomme aussi :

  • Dieu du Soleil
  • Le Père-Ciel
  • Dieu de la mort et de la renaissance
  • Greenman
  • Le Roi

La Roue de l'Année

À Yule, le Dieu naît de la Déesse, comme un triomphe aux longues nuits. À Imbolc, on célébre sa croissance et le retour de la Vierge Déesse. À Ostara, le Dieu est dans sa jeunesse et il dance avec la Déesse sous son aspect de Jeune Fille ; on fête leurs fiancailles. À Beltane, on célèbre leur union qui est consommée à Litha. À Lughnassadh, le Dieu se sacrifie pour fertiliser la terre. À Mabon, il dort dans les entrailles de la Déesse. Enfin, à Samhain, il arrive à la Terre des Jeunes, là où les âmes des morts redeviennent jeunes encore, attendant de renaître. Le Dieu gouverne sur le Monde des Rêves, rajeunissant lui aussi, jusqu'à Yule, où il renaîtra encore.

Les exercices de méditation sont traduits de "Spiral Dance", par Starhawk
Texte de Freya, transmis par Hekate.