Note : les propos qui suivent n’engagent que moi, mais je les assume complètement. Ce texte sera aussi publié sur mon site : Le bouleau d'argent

Une des choses qui me fait paraître imbuvable et pédant auprès de la communauté virtuelle dite « païenne », c’est mon attachement à l’aspect initiatique et « traditionnel » de la Wicca. J’espère que les quelques lignes que je jette ici pourront clarifier un peu mon point de vue sur les sujets qui sont un peu sensibles au sein de la communauté.

Tout d’abord une précision, ce que j’appelle Wicca, c’est la religion fondée par Gérald Brosseau Gardner dans les années 50 en Angleterre. Une très grande partie du florilège de traditions composant le renouveau païen moderne s’est inspiré de Gardner et de sa Wicca. La Wicca n’est donc pas la Sorcellerie, et les wiccans, y compris les « gardneriens » ne sont certainement pas les seuls à pouvoir se targuer de s’appeler Sorciers ou Sorcières. Il existe d’autres traditions sorcières que la Wicca, je pense notamment à la tradition anglaise elle aussi, popularisée par Cochrane peu après la naissance de la Wicca, et aux traditions sorcières continentales en France, en Espagne, en Italie, en Allemagne etc…

Le nombre d’ouvrages sur la Wicca, parus aux USA et en Angleterre depuis les années 70 a fait exploser le mouvement initié par Gardner, et de nombreuses personnes fascinées par le coté romantique et magique se sont autoproclamées Wiccans, Sorciers, ont fureté dans leurs arbres généalogiques pour s’inventer une filiation sorcière héréditaire, bien pratique et satisfaisante pour l’égo. La moindre paysanne de la famille, devenait héritière des lourds secrets d’une tradition familiale ancrée bien entendu au temps des bûchers. Les ouvrages de Buckland, puis de Cunningham par exemple, avec leurs rites d’auto-initiation ont contribué à faire passer la Wicca pour une religion propre à chacun, où n’importe qui ayant lu un livre de magie, pouvait fonder sa tradition…. Au grand dam des « traditionalistes » les wiccans sont devenus des « fluffy bunnies », propres sur eux et gentillets, adorant la Déesse des fleurs et le gentil Dieu de la forêt. Les théories de Cunningham sur la wicca, insipides et politiquement correctes occultent complètement le coté sombre de la Wicca ( cf texte sur Cunnigham dans la ,partie Ecrits Sorciers).

Ma propre expérience, en France, où le développement de la Wicca est resté confidentiel me conduit aux mêmes conclusions que bien des « traditionalistes ». A l’époque de mon engagement Wiccan, aucun livre n’était traduit et outre le travail sur les textes originaux, il fallait faire le lien avec les ouvrages mythologiques, magiques ou tout simplement occulte. Je suis particulièrement heureux après coup d’avoir commencé mes lectures wiccanes par A witches’ bible des Farrars, et non par Cunningham qui n’était pas traduit à l’époque. L’intolérance, le manque d’ouverture d’esprit et d’esprit critique de bien des néophytes se disant wiccans est véritablement une plaie ouverte dans la tradition. N’importe qui s’autoproclame Wiccan, à tel point que dans les milieux ésotéristes, un wiccan est automatiquement considéré comme un adolescent vantard et mièvre. En France on en est même venu sur le net à confondre Wicca et Magie Blanche… La profusion de sites web traitant du sujet, se copiant les uns les autres ad nauseum finit de répandre cette version cartoonesque de la Wicca, insipide, et dénuée de toute profondeur. Loin de l’engagement premier conduisant à l’entrée dans une voie initiatique, nous sommes maintenant à l’ère de l’attitude … Il est cool de se dire Wiccan, Sorcier etc… le contenant importe désormais plus que le contenu et les discussions interminables dans les forums et les chats sur la couleur des bougies à utiliser pour séduire la voisine de palier ou changer la couleur de ses yeux ont fini de ridiculiser le sujet. Le marketing de l’occulte et les consensus mous actuels en faveur d’un humanisme béat ont bien entendu participé à dépouiller le mot Wicca de toute signification profonde et spirituelle. Faux rebelles cools et tolérants (au sens actuel dégoulinant de bon sentiments) jusqu'à l ‘écoeurement, sorcières de Monoprix couvertes de bijoux d’argent, tels sont désormais les portes bannières d’un mouvement se voulant ésotérique et initiatique, par définition ELISTISTE. La Wicca s’est faite bouffer par les marchands et les bien-pensant, et sans aller jusqu'à la théorie du complot….il faut bien admettre qu’en France la Wicca est morte avant d’être née. Malgré tout c’est peut être le prix à payer pour que certains, à travers les voies facile de la « néo-Wicca », puissent trouver l’entrée d’un véritable engagement initiatique. Loin de prétendre détenir la seule vérité, je me targue cependant connaître suffisamment bien le sujet pour en parler en me basant sur des faits, historiques ou vécus. Alors pour en finir avec certaines idées tenaces, voici quelques affirmations qui paraissent péremptoires mais qui sont vérifiables, en ouvrant des livres par exemple…elles concernent bien entendu la Wicca gardnerienne.

  • La Wicca n’est pas l’Ancienne Religion
  • La Wicca ne remonte pas au temps des bûchers
  • La Wicca a été crée par Gérald Gardner
  • La Wicca explore aussi le coté sombre de la psyché
  • L’initiation est indispensable pour devenir Wiccan
  • La Wicca utilise la magie sexuelle (entre adultes consentants, et le plus souvent déjà en couples constitués)
  • Le sulfureux Aleister Crowley a, directement ou indirectement, contribué à l’élaboration de la Wicca
  • L’initiation wiccane en trois « degrés » peut prendre une dizaine d’années d’études et de travail
  • La Wicca s’est inspiré de la Franc maçonnerie, de la Magie cérémonielle, des travaux de Crowley, du folklore anglais, de la Haute Magie, des traditions celtiques, d’un certain satanisme litteraire, des ouvrages de Frazer, Graves, Kipling, Leland et Murray, du scoutisme et du naturisme.
  • Les wiccans pratiquent toujours nus, sauf en extérieur
  • Les Wiccans sont tenus au secret
  • Uncle Gérald est mort
  • Votre grand mère n’était pas une sorcière…

Je n’ai rien contre le fait que chacun puisse se construire sa propre religion, mais pourquoi diantre vouloir à tout prix lui accoler le mot Wicca ? Aucun fanatisme dans mes propos, aucun dogmatisme, les traditions wiccanes initiatiques ne sont pas fermées à toutes évolution, à toute expérimentation. La Wicca originelle est un syncrétisme, elle doit continuer à se développer, mais n’en faisons pas une religion exotérique elle en perdrait son âme et sa force. La Wicca n’a pas vocation a devenir une religion de masse, et l’élitisme inhérent à une voie initiatique n’a rien de révoltant, tout le monde est il capable de devenir physicien en lisant un livre de physique, écrivain en lisant Proust, ou Violoniste en achetant un violon ? L’argument parfois utilisé pour dénaturer le besoin de l’initiation (cad : qui a initié le premier initié ?) est absolument spécieux, tout le monde n’est pas Gardner d’une part, et d’autre part s’il est théoriquement possible de se passer de l’initiation, que de temps perdu, que de difficultés supplémentaires, sans parler de l’aspect magique du rite en lui même. Tout le monde sait que la meilleure initiation c’est la vie, encore faut il pouvoir véritablement s’en rendre compte.

Amorgen Dubhart